Paroles de la chanson À nous par Noé Preszow

Chanson manquante pour "Noé Preszow" ? Proposer les paroles
Proposer une correction des paroles de "À nous"

Paroles de la chanson À nous par Noé Preszow

À nous dans le désordre mais dans l’intransigeance
À nous qui devons mordre et à nous dans l’urgence
À nous pas à la mode à nous dans le décor
À nous qui ne savons pas comment tenir nos corps
À nous dans l’univers à nous dans l’infini
À nous dans le manque d’air étonné d’être en vie
À nous dans l’écriture et à nous sans les mots
À nous dans les ratures et dans le sac à dos
Qui rêvons de forêt qui rêvons de Rivière
À nous dans le métro qui cherchons la lumière
À nous qui poursuivons des perdants magnifiques
À nous dans l’illusion d’un chemin prophétique

À nous qui débordons dans les rires et les larmes
Qui ne faisons pas le deuil de nos jours de flamme
Quand on avait 10 ans à grandes enjambées
Pédalant pédalant pour l'éternité

Nous marcherons mille autres lunes milles autres jours avant demain
Avant que demain ne nous prenne les copeaux d’espoir que l’on tient
Traverserons mille autres dunes avec nos défauts nos faux pas
Avec nos semelles de brume qui que l’on soit

À nous qui ne jouons ni au pauvre ni au fou parce qu’on en voit d’autres sombrer face à nous
On peut avoir un toit et une corde au cou

On peut avoir les droits et marcher à genoux
À nous qui nous parlons nombreux dans le miroir
À nous qui voyons double qui voyons blanc et noir
À nous les trop poli qui n’en pensons pas moins
Qui tendons l’autre joue mais qui serrons les poings
À nous qui passons pour des antipathiques
Et surtout pour des cons à chercher l’authentique
À nous dans les chansons d’il y a 40 ans
Mais à nous qui guettons devant devant devant
À nous dans les bobines dans le grand maladroit
Dans les cartes postales et dans les feux de joie
À nous qui ne vendrons jamais nos vérités
À nous qui imploseront et ça ne saurait tarder


Nous marcherons mille autres lunes milles autres jours avant demain
Avant que demain ne nous prenne les copeaux d’espoir que l’on tient
Traverserons mille autres dunes avec nos défauts nos faux pas
Avec nos semelles de brume qui que l’on soit

À nous qui fuyons là où ça parle en vain de télévision ou de magasin
À nous qui sommes là qui tombons comme chacun
Dans le bandeau dans les réseaux dans le vide et le trop plein
Mais qui nous préparons à quand ce sera fini
Quand il faudra se parler et redevenir ami
Quand on pourra se dire tout et son contraire sans que ça doive passer par une carte mère
Quand on ne pourra plus savoir qui va où

Savoir qui vaut combien et qui se fout de nous
À nous sans drapeau à nous sans étiquette
À nous sans lingots à nous sans paillettes
À nous dans nos verres d’eau ou dans le café noir
Qui ne maquillions pas nos nuits de déboire
Qui ne trinquons pas sur les places branchés
Qui sifflons dans le vent notre fragilité

Nous marcherons mille autres lunes milles autres jours avant demain
Avant que demain ne nous prenne les copeaux d’espoir que l’on tient
Traverserons mille autres dunes avec nos défauts nos faux pas
Avec nos semelles de brume
Nous marcherons mille autres lunes milles autres jours avant demain

Avant que demain ne nous prenne les copeaux d’espoir que l’on tient
Traverserons mille autres dunes avec nos défauts nos faux pas
Avec nos semelles de brume qui que l’on soit

À vous de l’autre côté du mur ou de la mère
Dans des villes assiégé le sang et la poussière
À vous sans la parole à vous le ventre vide
Dans l’humiliation à vous le cœur solide
À vous derrière les grilles sous les bombardements
À vous dans la noyade à vous les dissidents
À vous dans l’injustice à vous sous les verrous
À vos filles à vos fils à vous à vous à vous

Paroles.net dispose d’un accord de licence de paroles de chansons avec la Société des Editeurs et Auteurs de Musique (SEAM)

Sélection des chansons du moment