Paroles de la chanson Les Marrons par Sanseverino

Paroles de Stephane SANSEVERINO
Musique de Stephane SANSEVERINO
© RAOUL BRETON EDITIONS - 2013

Chanson manquante pour "Sanseverino" ? Proposer les paroles
Proposer une correction des paroles de "Les Marrons"

Paroles de la chanson Les Marrons par Sanseverino

Il y a parfois la nostalgie qui colle
Aux marronniers
Des cours des écoles
Les méga bastons
De marrons qu’on attendait
Arrivaient et ça démarrait et les coups pleuvaient.

Ivres de joie
Plein de folles énergies
On se lançait dans les gencives
Des sacs entiers de marrons
Qu’à côtés de nous les boxeurs
C’étaient de piètres amateurs.

On jouait à Zorro à Poulidor à Paul Newman
...à Génésis à Spiderman.

Le verlan arrivait tout juste à peine
Pour chasser le vilain louchebem
Qui déformait les sons
Qui sortait de nos bouches
Nous on parlait l’argot l’arabe et le manouche.

Les joutes verbales
Nous emballaient
Et tout le monde
Entravait qu’il fallait
Deviner ce que ça voulait dire
Et celui qui gagnait
C’était celui qui comprenait.

C’était pas d’la langue de bois, tout ça
Ça brûlait bien plus encore
Pas d’la mode du style ni du blabla
Pas du langage mais du sport.

On jouait à Zorro à Poulidor à Paul Newman
...à Génésis à Spiderman.

On faisait pas de déclaration
D’amour aux saucisses
Au lieu de ça ben nous
On leur cinglait les cuisses
En les fouettant avec du végétal
Car Nous on avait des futals.

Elles se vengeaient en nous
Balançant des gros cartables
Qui finissaient éventrés vidés sous les tables
C’était le début de la S.M.
Pour nous ça voulait dire je t’aime.

Puis on s’embrassait à
L’époque où les cerises tombaient
On ne jouait plus à Zorro.

On jouait au docteur
Jamais au téléphone sans fil
Et pas encore à Tchernobyl.

Les filles étaient désespérées
Par nos jeux de gamins
Au commissaire Maigret
Au rugby à Tintin
Comment ne pas tous nous faire haïr
Elles, elles voulaient juste grandir.

Moi j’ai tout fait
Pour éviter les 1ers rendez vous
Où il aurait fallu avouer
Que j’étais meilleur
Au football à la balle au priso
Que pour lui rouler des pâlots.

On jouait à Zorro à Poulidor à Paul Newman
...à Génésis à Spiderman.

Puis d’un seul coup
Quand on devient majeur
On vote on s’aime
On s’accepte très tôt chômeur
Mais on trafique déjà
Les fiches de paye.

Pour louer un appart à Marseille
À Paris à Lyon
Ou à Clamecy
Et l’on devient très vite sa propre idole
Puis on a plus la nostalgie
Des marronniers des cours des écoles.

Paroles.net dispose d’un accord de licence de paroles de chansons avec la Société des Editeurs et Auteurs de Musique (SEAM)

Sélection des chansons du moment