Paroles de la chanson La Fille du train par Philippe Lavil

Chanson manquante pour "Philippe Lavil" ? Proposer les paroles
Proposer une correction des paroles de "La Fille du train"

Paroles de la chanson La Fille du train par Philippe Lavil

Elle, elle est assise face à moi
Elle la place 26 moi la 33
Le train filait vers la Provence
Un vendredi après-midi
Il f’rait beau jusqu’ à dimanche
Elle plongée dans un roman
Beigbeder ou Maupassant
Moi j’laissais passer le temps

Elle jolie brune aux yeux clairs
Moi très beaucoup célibataire
Elle la trentaine assumée
Moi la soixantaine bien tassée
Pas grand-chose à envisager
Se sentait-elle observé
Peut-être dévisagé

Je n’en ai pas la moindre idée
S’appelait-elle Isabelle
Emilie, Louise ou Raphaële
Et je ne regardais qu’elle
Car elle était tellement belle
S’appelait-elle Emmanuelle
Charlotte, Lili ou Christelle
Avait-elle un p’tit ami
Un fiancé, voir un mari
Je lui ai dit : Mademoiselle
Si j’avais 20 ans de moins
Je vous f’rais une cour effrénée
Je me jetterai à vos pieds
Et vous prierait de m’aimer
Elle a souri en se levant
S’est assise à mes côtés
Et doucement m’a déclaré :
« Si j’étais moins timorée

Je vous dirai que j’attendais
Ce petit signe de vous
Qui met du rose à mes joues
Et qui me trouble je l’avoue
J’aimerai tant me blottir
Tout au creux de vôtre épaule »
Et mon réveil a sonné ...
S’appelait-elle Emmanuelle
Emilie, Louise ou Christelle
Je ne saurais jamais rien d’elle
Mais mon Dieu qu’elle était belle

Paroles.net dispose d’un accord de licence de paroles de chansons avec la Société des Editeurs et Auteurs de Musique (SEAM)

Sélection des chansons du moment

Les plus grands succès de Philippe Lavil