Paroles de la chanson Le sculpteur et le cerisier (Le cerisier d'Ernest Pignon-Ernest) par Gérard Pierron

Chanson manquante pour "Gérard Pierron" ? Proposer les paroles
Proposer une correction des paroles de "Le sculpteur et le cerisier (Le cerisier d'Ernest Pignon-Ernest)"

Paroles de la chanson Le sculpteur et le cerisier (Le cerisier d'Ernest Pignon-Ernest) par Gérard Pierron

Petit, voici l'heure des fruits mûrs
Combien sont morts contre ces murs ?
Jetez aux chiens les confitures
Qui ont endeuillé leurs chemises

On a crié "Plus rien ne bouge !"
Mais sous les gouttelettes rouges
Un sculpteur a posé sa gouge
Espérant que le vent l'aiguise

Depuis l'automne en mois de mai
Au milieu des noyaux mort-nés
Une vieille douille a germé
Comme un affront à la bêtise

Éclos d'une balle rouillée

Au ciel il fuse un cerisier
Qui dit "Je fus un fusillé
Je témoigne des saisons grises"

Qui dit "Petit, je suis témoin
Prends mes racines de fusain
Et trace de tes propres mains
La promesse de mes cerises

Prends la force que je te tends
Je suis le Clément d'un instant
Je suis le gisant qui attend
Que la sève et l'amour l'irise

Qu'on re-danse autour de mon tronc
Un jour, mes bras refleuriront
Les enfants moqueurs changeront
Mes blessures en gourmandises"


Et le sculpteur en s'endormant
À l'ombre de son monument
Rêve dans un sourire gourmand
Qu'il a barbouillé sa chemise

Paroles.net dispose d’un accord de licence de paroles de chansons avec la Société des Editeurs et Auteurs de Musique (SEAM)

Sélection des chansons du moment