Paroles de la chanson L'orgue Chantait Toujours par Lucienne Delyle

Chanson manquante pour "Lucienne Delyle" ? Proposer les paroles
Proposer une correction des paroles de "L'orgue Chantait Toujours"

Paroles de la chanson L'orgue Chantait Toujours par Lucienne Delyle

Le bonheur naît bien souvent au hasard d'une rencontre
Dans un salon, dans un thé, dans un bar,
Ou dans un car.
Plus le décor est enchanteur
Et plus l'amour a de chaleur.
Pour que le nôtre se démontre,
On n'a pas eu besoin de fleurs.

A la fin du jour, dans un vieux faubourg,
Un orgue chantait l'amour.
Un vieux d'autrefois tournait sans émoi
Son air de chevaux de bois.

En écoutant sa rengaine,
Tu t'es approché de moi

Le long du trottoir, sous le vent du soir,
Berçant un fragile espoir,
Nos deux cœurs plus lourds ont rêvé d'amour
Et l'orgue chantait toujours.

Quand l'amour meurt,
C'est aussi pour certains
Toute une histoire.
Un vieux notaire inscrit sur parchemin
L'affreux destin.
Quand nos deux cœurs ont décidé de reprendre leur liberté,
On n'a pas noirci de grimoire,
Tout simplement, on s'est quittés.

A la fin du jour, dans un vieux faubourg,
Un orgue chantait l'amour.
Un vieux d'autrefois tournait sans émoi

Son air de chevaux de bois.

En écoutant sa rengaine,
Tu t'es éloigné de moi.
Le long du trottoir, sous le vent du soir,
J'ai vu s'envoler l'espoir.
J'ai dit le cœur lourd
"Adieu, mon amour"
Et l'orgue chantait toujours.

Paroles.net dispose d’un accord de licence de paroles de chansons avec la Société des Editeurs et Auteurs de Musique (SEAM)

Sélection des chansons du moment

Les plus grands succès de Lucienne Delyle