Paroles de la chanson Architecture d'une pensée par Fadah

Chanson manquante pour "Fadah" ? Proposer les paroles
Proposer une correction des paroles de "Architecture d'une pensée"

Paroles de la chanson Architecture d'une pensée par Fadah

Hé , ça fait des mois que j'griffonne
Soit c'est pourri, soit j'perds mes croquis
Trop d'commercial va voir ailleurs si j'chronique
Au passage j'attend d'crever au moment propice
Le cancer n'est pas si facile à vivre en dessous des tropiques
Et j'profite de ma bouche tant qu'elle répond, faudrait d'abord qu'j'arrête de suer avant de dire qu'je jette l'éponge
Les dettes j'les comptent, à chaque chantier laissé en plan
Je perds un peu d'moi-même à chaque pensée passée en blanc
Aucun outil d'mesure ne saurait diriger ma plume
J'essaye de guérir mes lacunes, j'vous laisse le mérite et la thune

Assez semblant à quelque chose que tu connais déjà
Issu d'une lignée d'architecte qui taffe sans cahier des charges
Faut dire qu'la vie nous a souvent mise de côté
Et quand la passion s'installe en toi difficile de l'ôter
Je vois des civils menottés partout, l'esprit enchaîné, t'aimerais déballer ton savoir en faire une arme mais compte les cartouches
On veut qu'tu t'situes et qu'tu fasses un choix : soit l'antifa qui n'aime pas l'faf ou l'faf qui n'aime pas l'voisin noir
Tout c'qu'on veut c'est que tu choisisses un camp
Et qu't'assumes physiquement ton parti prit
Dans les deux cas c'est la violence brutale qui prime
Actif ou passif, meneur ou subordonné

Soumis ou dominant, tout ça pour rentrer dans leurs données
Sottise et boniment, ça c'est à toi d'juger man
J'ai pas la solution d'l'équation , c'est à toi d'ruser
Au calme je schématise, affûte ma flemmardise
J'ai appris l'mot "liberté" depuis qu'jessaye d'me libérer d'la tise
Pourtant mon père m'avait prévenu, comme quoi ça doit faire des générations qu'on apprend à faire les détenus
J'écris ça comme si ça m'était v'nu par image, la nuit !
J'rêve d'un tsunami qui dévasterait Paris-Plage, l'ami !
Trash y'a comme des manquements dans l'arbitrage
L'écran t'ment, quand les médias nourrissent un tas d'clivages

Ma rime, c'est c'qui solidifie mes fondations
Comment reconstruire un pays sans parler de collaboration ?
Et tu restes en adoration devant des icônes de vie fictive
On n'fait que s'enterrer à s'considérer comme des victimes
Hé , victime de quoi d'ailleurs ?
Si c'n'est seulement de nos schémas d'pensées
Caché derrière un Juda comme de sales voyeurs
Quel meilleur employeur que sa propre personne ? J'donnerais pas ma confiance à des mecs qui manipulent de telles sommes
Fais l'mort quand le tél' sonne si c'est l'boss au bout du fil, ou avale sagement la pilule mais si elle n'est pas à ton goût tu vires
Enfants d'putains qui nous prennent pour des vaches à lait

Quoi ? J'refuse d'engraisser des porcs dont j'connais d'jà l'salaire
Mais faut bien graille sa mère, quitte à truander l'jeu
On y r'pensera quand on s'regardera dans l'blanc des cheveux
J'aime alimenter l'feu et prendre le temps d'plancher
Le zen dans l'guidon, peaufiner l'architecture de ma pensée

Paroles.net dispose d’un accord de licence de paroles de chansons avec la Société des Editeurs et Auteurs de Musique (SEAM)

Sélection des chansons du moment