Chansons La Complainte Du Progres ("arts Menagers") - Boris Vian

Auteurs: Vian

Compositeurs: Reginald Goraguer

Editeurs: Warner Chappell Music France,Editions Musicales Tutti Intersong Sarl

Chanson manquante pour "Boris Vian" ? Proposer les paroles
Proposer une correction des paroles de "La Complainte Du Progres ("arts Menagers")"
Autrefois pour faire sa cour
On parlait d'amour
Pour mieux prouver son ardeur
On offrait son c?ur

Maintenant c'est plus pareil
Ça change, ça change
Pour séduire le cher ange
On lui glisse à l'oreille
- Ah, Gudule!

Viens m'embrasser
Et je te donnerai
Un frigidai-reu
Un joli scootai-reu
Un atomixai-reu
Et du Dunlopillo
Une cuisiniè-reu
Avec un four en ver-reu
Des tas de couvai-reu
Et des pellagâteaux

Une tourniquette
Pour faire la vinaigrette
Un bel aérateur
Pour bouffer les odeurs

Des draps qui chauffent
Un pistolet à gaufres
Un avion pour deux
Et nous serons heureux

Autrefois, s'il arrivait
Que l'on se querelle
L'air lugubre on s'en allait
En laissant la vaisselle

Maintenant, que voulez-vous
La vie est si chère
On dit rentre chez ta mère
Et l'on se garde tout
- Ah, Gudule!

Excuse-toi
Ou je reprends tout ça
Mon frigidaire
Mon armoire à cuillères
Mon evier en fer-reu
Et mon poêle à mazout
Mon cire-godasses
Mon repasse-limaces
Mon tabouret à glace
Et mon chasse-filous

La tourniquette
A faire la vinaigrette
Le ratatine-ordures
Et le coupe-friture

Et si la belle
Se montre encor cruelle
On la fiche dehors
Pour confier son sort

Au frigidai-reu
A l'efface-poussiè-reu
A la cuisiniè-reu
Au lit qu'est toujours fait
Au chauffe-savates
Au canon à patates
A l'eventre-tomates
A l'écorche-poulet

Mais très très vite
On reçoit la visite
D'une tendre petite
Qui vous offre son c?ur

Alors on cède
Car il faut qu'on s'entraide
Et l'on vit comme ça
Jusqu'à la prochaine fois
Et l'on vit comme ça
Jusqu'à la prochaine fois


[ENGLISH] The Progress Of Complainte...

In the past to make his court
We spoke of love
To further prove his ardor
It offered its heart

Now it is such
That change, it changes
To seduce the beloved angel
He slid to the ear
-- Ah, Gudule!

Come embrace me
And I will give you
A frigidai-REU
A nice scootai-REU
A atomixai-REU
And Dunlopillo
A cuisiniè-REU
With a furnace ver-neu
Piles of couvai-neu
And pellagâteaux

A tourniquette
To make the vinaigrette
Un bel aerator
To eat odours

The sheets which heats
A gun waffles
A plane for two
And we will be happy

In the past, it happened
What we quarrel
The air went on gloomy
Leaving dishes

Now, what do you want
Life is so precious
They say your mother returns home
And it keeps everything
-- Ah, Gudule!

Excuse yourself
Or I take it all
My fridge
My cabinet spoons
My sink iron-neu
And my stove oil
My wax-shoes
My back-slugs
My stool ice
And my hunting-filous

The tourniquette
To make the vinaigrette
The garbage-ratatine
And the cut-frying

And if the beautiful
Demonstrates encor cruel
On the sheet outside
To entrust its fate

In frigidai-REU
A delete-poussiè-neu
At the cuisiniè-REU
In bed that is always done
In heater savates
At gun potatoes
In eventre-tomatoes
At the scars-chicken

But very quickly
It receives visit
In a small tender
Who gives you his heart

So we cedes
For that we need each other
And we live like this
Until next time
And we live like this
Until next time